Hors-jeu, 2020.
néon, plexiglas, cables.
150 x 150 cm



Création pour le Carroi, le musée d'art et d'histoire de Chinon, dans l'exposition Viens avec moi.
Commissariat Cindy DAGUENET.
Exposé en vitrine jusqu'en mars 2021.


Réalisation technique de l'entrepreneur tourangeau Benoît NABINEAU.

Photographies de François LAUGINIE (dont détail) et Guirec ZEO (détail).



Ligne sensible, 2017
Fioles de niveaux collées au mur
0.4 x 179,4 cm

Installation produite lors de ma résidence à l'Annexe, centre d'art des Rives, à Saint-Avertin en 2017.

Exposition ultérieure à l'occasion de Boite à Outils, à la Galerie contemporaine de l'hôtel de ville de Chinon, sous le commissariat de Cindy DAGUENET en 2019.



Pots jaune, 2017.
pâte à modeler jaune, pots en terre de Max ERNST.
dimensions variables.



Cette installation a été réalisée dans la serre du jardin de la Maison Max ERNST, à l'occasion de l'événement Rendez-vous aux jardins.



Le matin vers midi, 9 avril 2017
Pneu et poudre de charbon.
146 x 55 x 451 cm







Installation réalisée sur la plage de la base de loisirs de Marçon (72) pour la Fête du Paysage.



Petit train, 2017.
train miniature motorisé sur rails, chevrons, pigments.

Cette installation a été réalisée lors de ma résidence à L'Annexe. Un petit train circulait en hauteur, sur une corniche étroite faite de chevrons de bois qui faisait le tour de l'espace d'exposition à la même hauteur que la mezzanine du lieu. Ses wagons étaient remplis chacun d'une couleur de pigment. Durant le vernissage, le train lancé à une allure alors un peu plus vive est sorti de ses rails et est tombé au sol, créant des explosions de couleurs au bout d'une autre de mes installations.

1ère photographie de Stéphane BREGEON.










Intervention réalisée pendant ma résidence à l'Annexe, dans la bibliothèque du lieu.


Photographie de Stéphane BREGEON.



Pélargonium, 2017

Pelles, pierre, fil de nylon

360 x 370 x 190 cm









L'amorce de cette pièce est née dans un canal latéral à la Loire. J'étais alors capitaine du port d'Orléans et une de mes missions était le nettoyage de ce canal. Parmi les objets divers et variés que les gens y jetaient, il y avait notamment deux pelles à bords arrondis dit pelles à sable qui m'ont servi pour cette pièce.



Pop Corns, 2015

Papier toilette

Dimensions variables.


Cette installation est faite d'empreintes en papier toilette, juxtaposées pour constituer un rectangle au sol. J'ai exposé aussi certaines de ces formes chez Pierre-Henri RAMBOZ, appartement galerie non marchande, à Tours.


1ère photographie de TELEMOS.



33, 2015-2016
bâche, câble, bois, métal.
1000x80cm









Cette installation a été conçue pour l'inauguration de la nouvelle école supérieure des beaux-arts de Tours, sur le site de l'ancienne imprimerie MAME. J'avais auparavant écrit ce petit haïku L'avenir est à passer, le passé est à venir et je l'ai proposé pour faire un oriflamme pour le bâtiment.

Conçu avec l'aide technique de Charles SPEHAR et Olivier RIBEIRO.



Mouvante échelle, 2014
Poudre de tuffeau agglomérée, bois, métal.
250x40x5cm





Installation réalisée pour l'exposition & à la Chapelle St-Anne à Tours. La poudre de tuffeau provient de mon habitat troglodytique dont j'ai ravalé les murs. J'en ai fait de fragiles agglomérats qui poudraient pendant l'exposition, sur cette échelle de fortune formée de cadres en bois maintenus ensemble.

Planisphère iodé, 2013
Pièces de centimes d'euros.
60x100cm




Planisphère réalisé avec des pièces de centimes en cuivre oxydé.



Tréma, 2013
tréteau, maquette en carton



Pour mon diplôme des beaux-arts, j'ai réalisé une maquette du lieu où j'allais présenter mon travail. A partir de cette maquette, j'ai créé un pièce supplémentaire, réponse en équilibre précaire à cette salle.



Tensioactif blues, 2013
cubes désodorisants d'urinoir (1 kg), tige en acier
20x
7x7cm




J'ai installé dans le coin d'une pièce d'exposition un tétraèdre sculpté à partir de cubes désodorisants pour urinoir, agglutinés ensemble, que j'ai traversé d'une tige en acier, plantée à 2 endroits du mur pour le mettre à hauteur d'usage.






Haïku Salé, 2011

bloc de sel à lécher, sel fin, métal.

dimensions variables.





Haïku salé est une installation performative, ci-contre à l'exposition Sur le fil à l'Ecole Supérieure des beaux-arts de Tours. J'ai écrit à l'envers et en creux sur un bloc de sel à lécher (qui sert normalement à l'apport en sel nécessaire aux animaux d'élevage) le haïku suivant : La vie est devant, à vol d'oiseau, à perte de vue. Avec un manche, il est devenu un rouleau graveur. Je déroule cet écrit personnel datant de 2009 sur une bande au sol de sel d'une largeur correspondant à celle de mon rouleau. J'ai déclamé cette phrase en mettant en action mon objet lors d'une performance, inscrivant et réinscrivant mes mots à chaque allée et retour.

filmé par Céline ASSEGOND



Guitare de Corn flakes, 2010

céréales

400 x 160 cm




Max y Milliana, 2010

poutres sculptées, copeaux

400 x 160 cm


Le titre est d'après celui d'une oeuvre de Max ERNST. Suite à la sculpture de poutres à la hachette, je me suis intéressé aux copeaux, des plus importants aux plus fins et je les ai intégrés à l'installation.




Tétraèdre, 2010
Tuffeau reconstitué

La forme d'un tétraèdre me plaisait beaucoup, j'ai voulu en faire un à partir de la poudre de tuffeau de mon habitat troglodytique. J'ai décidé de monter ma construction sur une île de la Loire, apportant les "pierres" en bateau. Je n'en ai pas parlé autour de moi. Un jour, je suis tombé sur un article de la Nouvelle République, un journaliste était tombé par hasard sur ce travail : Une pyramide soigneusement dressée, sur le sable, à moitié cachée par la végétation, élaborée avec des pierres taillées et numérotées. Une découverte surprenante faite sur une petite île de la Loire. S'agit-il d'un test pour la création d'un futur chef-d'œuvre de compagnon ? L'œuvre d'un disciple d'Isis ? Un admirateur de Pei voulant construire en pierres la pyramide du Louvre ? Nul ne le sait. Une question se pose toutefois. La pyramide va-t-elle rester en l'état ? Car les pierres ne sont pas scellées ! Pour l'instant, juste offerte à l'objectif du photographe, elle est sauvegardée mais elle reste une énigme !

Le tétraèdre a été emporté plus tard par une crue de la Loire.